OUVERTURE DU FORUM LE 11/08/18

Partagez
Aller en bas
avatar
DATE OF ARRIVAL : 05/08/2018
MAILS : 31
Points : 209

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateur

Just a little kind of torture.

le Ven 10 Aoû - 19:26
Just a little kind of torture.
FAIRE DU SPORT RÉGULIÈREMENT PERMET DE MOURIR
EN MEILLEURE SANTÉ.

Lieu : Sport facility  (salle de gym)
Feat : libre

Je détestais faire du sport. Enfin, je détestais surtout en faire seule. Par contre j'adorais manger. Beaucoup trop pour mon propre bien. Surtout pour celui de mon compte en banque. Vivre de sa passion n'était pas tous les jours faciles. Surtout quand votre passion vous offre des contrats aléatoires. Même si je travaillais pour un magazine de mode reconnu, je n'en demeurais pas moins encore en situation précaire. Je n'étais qu'une jeune photographe parmi les dieux du genre.

Bref, je détestais faire du sport. La brûlure dans mes cuisses quand je courrais sur le tapis roulant, le rouge aux joues, la sueur coulant dans ma nuque, frotté par mon T-shirt jusqu'à en irriter ma peau. J'avais déjà fait des photoshoot de sportif. J'avais vu la splendeur des muscles à l'effort, les yeux brillants de la victoire, même la plus petite. Je n'arrivais pas à concevoir, cependant, que je puisse un jour avoir le même aspect, alors que, plus rouge qu'une tomate, la peau surchauffée, les muscles hurlants leur douleur à chaque mouvement, je serrais les dents pour me convaincre de continuer encore une petite minute. Et puis c'était totalement ridicule. Tous ceux qui me connaissaient un tant soit peu savaient que j'irais au fast food dès la séance terminée, ruinant tous mes efforts pour le réconfort. Non, je n'étais définitivement pas capable de m'astreindre à un programme de remise en forme tel que celui qui m'était proposé par mon abonnement à la salle. C'était déjà bien beau que je sois venue aujourd'hui. Quelle idée j'avais eu de me dire que je pouvais profiter de la prime de mon dernier shoot pour m'offrir un abonnement d'un mois à la salle pour tester ma motivation sur le long terme.

La machine émit un bip strident avant de ralentir doucement, m'obligeant à cadencer mon pas pour passer de la course à la marche rapide, vers un arrêt progressif. Quand je pus enfin descendre, je récupérais ma serviette, tirant sans ménagement sur mon legging de sport. Ça aussi, c'était une mauvaise idée. A la télé, les filles avaient toujours l'air sexy et sportive là-dedans. Moi je ne voyais que mes petits bourrelets disgracieux et j'avais l'impression que la couture de l'entrejambe cherchait à me scier en deux, donnant à mon bas ventre l'aspect d'un abricot aux couleurs invraisemblables (pour rester dans une image pas trop dégueulasse).

Et pour combler le tout, alors que je buvais à ma bouteille, je rentrais de plein fouet dans quelqu'un, renversant la moitié de mon eau sur quelqu'un. « Oh mon dieu, je suis désolée ! », m'exclamais-je, devenant plus rouge pivoine encore, si c'était possible.



† Les grands moments de notre vie ne sont pas toujours immédiatement perceptibles: il peut arriver qu'on en mesure l'importance sur-le-champ; mais il arrive aussi qu'ils surgissent du passé, bien des années plus tard. Il en va peut être de même avec les gens.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum