OUVERTURE DU FORUM LE 11/08/18

Partagez
Aller en bas
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 22/07/2018
MAILS : 95
Points : 275

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://555calilife.forumactif.com

our last memories. (penny)

le Mer 8 Aoû - 22:36
rafa&penny
our last memories

T'as du mal à croire que c'est la fin, du mal à te dire que tu ne le reverras plus jamais, ça te brise le coeur dés que t'y penses. T'as fait ton possible pour laisser dignement paraître ton deuil, sans en faire plus que nécessaire, t'as pas laissé de larmes couler le long de tes joues bien que les vagues au bord de tes yeux clairs ne t'ont pas quitté depuis ce matin. Il n'aurait pas voulu ça. T'as organisé cette cérémonie pour permettre aux autres de lui dire au revoir, mais tu sais que lui c'était pas son truc. Le révérend Père t'a demandé un tas d'informations pour réussir à le connaître, pour le comprendre, pour pouvoir toucher l'audience. Tu ne sais pas combien de mains t'as serré depuis ce matin, combien de regards désolés t'as pu croiser, des regards de pitié, d'autres compréhensifs qui te donnaient de la force. Tu dors quasiment pas depuis une semaine, t'as fermé l'atelier pour la journée, mais depuis qu'il est parti t'as pas arrêté de travailler. Ca t'aide à tenir. A pas te poser de questions et à accepter la vie. Et la mort.
Le cercueil se dirige vers le crématorium, c'est son frère qui ira récupérer l'urne et qui part avec lui.Toi, t'as pas le courage. Tu veux que ça s'arrête là, tu voudrais t'enfermer chez toi et qu'on arrête de te demander comment tu vas. T'étouffe avec cette chemise. Tu regardes le corbillard s'éloigner, les mains dans les poches, la voiture de ton oncle le suit, tu l'observes, ton regard s'accroche longuement sur la route, dans le vide. Puis tu retrouves un peu tes esprits, mais si peu. Des proches de ton père, des amis à lui, des anciens collègues, ta mère, elle est là aussi mais c'est à peine si tu lui adresses un regard. T'y arrives toujours pas avec elle, mais t'aimerais bien, tu sais que ça ferait plaisir à ton père, d'ailleurs, que tu la retrouves. Mais pas maintenant. Les gens se dispersent petit à petit, t'es bientôt seul dans cette grande salle. T'ouvres deux boutons de ta chemise pour respirer un peu et tu te dis qu'il serait temps que tu te diriges toi aussi vers ta voiture. Tout le monde va reprendre sa petite vie à présent non ? alors pourquoi pas toi ?
C'est là que tu la vois, quand ton regard accroche le sien pour la première fois tu relèves même pas, faut que t'y retournes pour être sûr que t'as pas rêvé. T'es étonné de la voir là, depuis tout ce temps, tu t'imaginais pas qu'elle serait ici. Tu fais quelques pas pour la rejoindre, t'es même pas sûr que ce soit bien elle :
- Penny ? Bah merde...
Tu sais pas quoi dire d'autre tellement que t'es sur le cul. Tu te masses le front une seconde avant de passer une main dans tes cheveux.
- Il serait content que tu sois là. Il me demandait souvent de tes nouvelles... Comment tu vas ?




There may be times when we are powerless to prevent injustice, but there must never be a time when we fail to protest.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 25/07/2018
MAILS : 35
Points : 202

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: our last memories. (penny)

le Mer 8 Aoû - 23:42
rafa&penny
our last memories

Tu fixes ton reflet, là dans le miroir, immobile depuis presque dix minutes. « Penny ? » tu sens la main de ton frère sur ton bras, sa voix est douce, il ne veut pas te brusquer. Tu lui souris faiblement en hochant la tête. Tu soupires en te détournant finalement du miroir pour quitter ta chambre. « T’es sûre que tu ne veux pas que je reste ? je peux t’attendre dans la voiture » tu secoues la tête. « Non ça va aller, t’es pas obligé d’arrêter de vivre pour moi tu sais. »  Tu lui souris une nouvelle fois, déposant un baiser sur sa joue avant de sortir de la voiture. Tu le regardes partir, restant quelques minutes debout sur le trottoir, comme incapable de bouger. Tu ajustes ta robe noire avant de suivre un groupe pour te fondre dans la faible masse qui se dirige vers l’église. Tu t’installes tout au fond, tu te demandes encore ce que tu fais là. Tu le sais parfaitement au fond, tu te devais d’être là. Tu ne sais simplement pas comment Rafa va réagir, après toutes ces années, après ce long silence. Tu ne peux retenir tes larmes durant la cérémonie, pensant à ton propre père, qui a préféré refaire sa vie, refaire une famille. Tu songes à tout ce que tu as manqué. Tu ne détournes pas ton regard de celui qui été ton meilleur ami, dans une vie antérieure. Tu aimerais être près de lui, pouvoir le réconforter, le prendre dans tes bras. Mais tu restes caché au fond de la salle, telle une étrangère. Parce que c’est comme ça que tu te considères au fond. La cérémonie prend fin et tu te glisses de nouveau dans la foule, tu as promis à Timmy de l’appeler quand ce serait fini mais tu ne veux pas partir comme ça. Tu continues de le fixer, t’as l’impression de pouvoir lire dans ses pensées, comprendre sa douleur. Tu restes de nouveau immobile, perdue dans tes pensées, tu ne réalises pas que tout le monde part de son côté, te laissant seule sur le trottoir, plantée sur tes talons. Tu sursautes alors légèrement lorsqu’il croise ton regard. Tu te sens nerveuse tandis qu’il s’approche de toi. T’es incapable de bouger. Tu souris simplement quand il arrive à ta hauteur. « Penny ? Bah merde... » tu fais un pas vers lui. « Salut Rafa » tu réponds d’une voix cassée. « Il serait content que tu sois là. Il me demandait souvent de tes nouvelles... Comment tu vas ? » tu retiens une larme, tentant de garder ton sourire. « Je suis sincèrement désolée, ton père était vraiment quelqu’un de bien. » tu finis par le prendre dans tes bras, un simple réflexe, comme si tu ne pouvais pas t’en empêcher. Étreinte rapide, tu te recules, repoussant une mèche derrière tes oreilles. « ça va… je suis contente de te voir. » ton cœur bat irrégulièrement dans ta poitrine, tu ne sais pas quoi dire, enfin surtout par où commencer. Tu ne pensais pas le revoir à un enterrement.




--- to forget your love
Baby it hit so hard, I'm holding on to my chest, Maybe you left your mark, reminding me to forget, It doesn't matter where you are, you can keep my regret, 'Cause baby I got these scars, reminding me to forget.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 22/07/2018
MAILS : 95
Points : 275

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://555calilife.forumactif.com

Re: our last memories. (penny)

le Jeu 9 Aoû - 0:05
Tu la regardes, t'oublierais presque ce moment difficile que t'es entrain de passer, tellement abasourdi par sa présence, intrigué aussi. Tu te demandes depuis combien de temps elle est là, si elle s'est installée dans le coin ou si elle est juste de passage... peut-être pour l'occasion ? Tu te demandes aussi comment elle a appris la nouvelle. T'es content qu'elle soit là, ça te soulage d'un poids de revoir cette personne qui te connait depuis si longtemps, avec qui tu sais que tu n'aurais pas forcément besoin de t'étendre, de t'étaler sur tes souffrances, avec qui tu pourras continuer de faire bonne figure, pour le moment, sans qu'elle t'adresse le moindre jugement.
Penelope te salue à son tour, puis elle dit :
- Je suis sincèrement désolée, ton père était vraiment quelqu’un de bien.
Elle s'élance, t'enlaces, c'est amical et rapide, tu sens que c'est sincère mais tu n'as presque pas le temps d'en profiter qu'elle s'écarte déjà. T'aurais sûrement aimé que ça dure un peu plus, t'aurais peut-être pu te relâcher un peu. Elle ajoute :
- ça va… je suis contente de te voir.
Tu la fixes, t'as tellement de questions à lui poser, mais t'aimerais aussi rester là à rien dire, à rien faire, juste apprécier ce moment qui te mets un peu de baume au coeur, t'y a pensé souvent à ta Penny, cette gamine avec qui tu passais ton temps. Ton père l'adorait, il trouvait que c'était une fille comme on en fait peu, elle n'avait peur de rien et sautait au milieu des vagues comme dix garçons ! Oui, ça, il aurait adoré la voir, ironie du sort il a fallu qu'il s'en aille pour qu'elle te revienne. Tu sais pas si t'y as gagné au change, ça fait tellement longtemps que tu ne l'as pas vu, ses traits n'ont pas changé mais tu vois encore cette gamine qui te poussait à l'eau et essayait de te battre à la course.
- Pen'... J'vais sûrement avoir besoin d'un verre, ça te dit ? tu lui proposes en retroussant les manches de ta chemise, t'es content d'avoir pensé à un t-shirt de rechange dans ta bagnole, t'as fait l'effort uniquement pour pas avoir l'air d'un plouc mais t'as jamais été très à l'aise en chemise.
- Qu'est-ce que tu fais à Long Beach ? T'es pas repassée par ici depuis... dix ans ?
Tu te diriges les mains enfoncées dans tes poches vers ta voiture, elle est garée juste en face, t'es arrivé de bonne heure ce matin, y avait encore quasiment rien de prêt mais tu savais pas quoi faire d'autres.




There may be times when we are powerless to prevent injustice, but there must never be a time when we fail to protest.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 25/07/2018
MAILS : 35
Points : 202

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: our last memories. (penny)

le Jeu 9 Aoû - 1:14
rafa&penny
our last memories

Tu aurais voulu faire durer votre étreinte plus longtemps, mais ce simple contact était déjà trop pour toi. Tu es brisée, mais revoir son visage est presque salvateur pour toi. Il t’a tant manqué, et tu t’en réellement compte maintenant en le voyant, là, vulnérable mais fort. Il te propose un verre, comme si vous ne vous étiez jamais quitté et tu ressens un pincement au cœur. Tu acceptes avec un sourire, ce même faux sourire que tu accroches à tes lèvres pour masquer ton vrai visage. « Avec plaisir » tu le suis ton bras frôlant le sien, tu passes une main dans tes cheveux, tic nerveux que tu as gardé depuis ton enfance. Tu te sentais mal à l’aise, comme si tu appartenais à une autre planète, comme si tu n’étais pas à ta place, pourtant après lui avoir à peine parlé, tu te sens de nouveau dans ton monde. Ton vrai chez toi. Tu regrettes souvent d’être partie, te demandant ce qu’aurait été ta vie si tu étais restée. « Qu'est-ce que tu fais à Long Beach ? T'es pas repassée par ici depuis... dix ans ? » sa voix te sort de tes pensées. Tu relèves les yeux vers lui, cherchant tes mots soigneusement. Dix ans. Une éternité presque, des années à parcourir le monde à la recherche de la gloire, à vivre un rêve qui a pris fin aussi vite qu’il n’a commencé. « ça fait un bail ouai. » tu tentes garder une voix décontractée mais elle reste faible. « je suis revenue il y a deux mois environ, ici c’est l’endroit idéal pour une retraita anticipée, n’est-ce pas ? » tu ricanes doucement. Tu n’en dis pas plus évidemment, tu caches la vraie raison. Tu évites de mentionner ton passé sombre, comment ton petit frère est venu te sauver, t’arracher à une morte certaine. Tu entres dans sa voiture du côté passager. La situation te semble si banale, familière et pourtant le cadre ne colle pas.




--- to forget your love
Baby it hit so hard, I'm holding on to my chest, Maybe you left your mark, reminding me to forget, It doesn't matter where you are, you can keep my regret, 'Cause baby I got these scars, reminding me to forget.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 22/07/2018
MAILS : 95
Points : 275

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://555calilife.forumactif.com

Re: our last memories. (penny)

le Jeu 9 Aoû - 1:32
Avec plaisir.
Ces simples mots te donnent presque le sourire, tu lui en accordes un, à peine visible, t'es content qu'elle accepte, de pas continuer cette journée tout seul. T'aurais bien pu demander à d'autres de tes amis de t'accompagner, mais elle est là et t'as envie de parler avec elle, qu'elle te raconte ses aventures. Tu ne sais pas si elle cache la bonne humeur que tu lui connaissais par respect pour toi, si la situation fait qu'elle n'est pas des plus enjouées alors que tu la connus si pleine de joie et de bonne humeur, ou bien si autre chose lui a frayer un chemin de retour dans sa ville natale. Vous marchez vers la voiture et elle t'annonce qu'elle est là depuis deux mois, ça te fait sourciller un peu. Deux mois, huit semaines, tant de fois que vous auriez déjà pu vous croiser, vous voir, qu'elle aurait pu te contacter... Mais tu ne le soulèves même pas, tu n'es pas d'humeur rancunière aujourd'hui, t'as simplement envie d'essayer de passer un bon moment, alors ça coule. Elle doit avoir ses raisons, t'en es quasiment sûr. Et depuis tout ce temps, elle n'a absolument pas à te les donner.
- ..ici c’est l’endroit idéal pour une retraite anticipée, n’est-ce pas ? lâche-t-elle, un peu jaune.
Tu lui coules un regard en biais avant de lui ouvrir la portière et elle se glisse à l'intérieur de la voiture. Tu la contournes, ouvre le coffre pour récupérer ton t-shirt à l'intérieur. T'en profites pour ôter ta chemise et l'enfiler rapidement avant de refermer la porte du coffre pour la rejoindre à l'avant de ta bagnole. Quand tu refermes la porte, t'as l'impression que la pression redescend un peu. T'hésites un moment avant de finalement mettre le contact. Tu relèves les yeux vers Penny.
- Maintenant que je fabrique des planches de surf, toi t'as arrêté d'en faire ? tu railles, ça te fait sourire un peu.
Tu jettes un oeil dans le rétro avant de démarrer. T'essayes de te concentrer autant que tu peux sur la route. C'est étrange cette situation, de la revoir comme ça, revenir comme une fleur, et pourtant tu trouves ça inespérée de retrouver ce visage connu maintenant.
- Tu me diras, t'as pris un sacré coup de vieux... tu souffles doucement, tu te moques un peu, tu retrouves une mine quasiment normal, amusé par ta propre blague.




There may be times when we are powerless to prevent injustice, but there must never be a time when we fail to protest.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 25/07/2018
MAILS : 35
Points : 202

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: our last memories. (penny)

le Jeu 9 Aoû - 2:11
rafa&penny
our last memories

Y a trop d’émotions qui se bousculent en toi, t’arrive plus trop à gérer. Mais tu ne veux pas être ailleurs, tu glisses dans sa voiture, alors qu’il t’ouvre la portière avant d’aller fouiller dans son coffre, t’en profite pour envoyer un sms rapide à ton frère, pour le rassurer. Tu fourres ton portable dans ton sac et relève la tête à temps pour l’apercevoir dans le rétroviseur alors qu’il semble changer son haut. Tu détournes le regard vivement, réajustant une nouvelle fois ta robe, tu aurais aimé avoir un short dans ton sac pour pouvoir te changer aussi, t’es plus à l’aise en maillot de bain qu’en robe. Mais tu t’accommodes de ce que t’as. Il vient s’installer à son tour côté conducteur, tu le sens hésiter quelques secondes avant d’allumer le contact de la voiture. « Maintenant que je fabrique des planches de surf, toi t'as arrêté d'en faire ? » tu croises son regard en souriant, un sourcil arqué. T’es surprise par sa remarque, mais sa confession te ravis. Qu’il partage quelque chose avec toi malgré la distance et les années te soulage un peu. « Tu me diras, t'as pris un sacré coup de vieux... » tu ris sincèrement. Tu sens la voiture démarrer et s’insérer lentement sur la route, tu soupires doucement. « Je savais que tu étais doué avec tes mains » tu réponds les yeux rivés sur la route, un petit sourire en coin. « Je n’ai pas vraiment arrêté d’en faire, disons que je ne peux plus le faire de façon pro.»  Tu marques une pause de quelques secondes. « He oui c’est bientôt la maison de retraite qui m’attend, tu viendras jouer au bridge avec moi les samedis hein ? » tu lui assènes un léger coup sur l’épaule alors que la route défile devant vos yeux. Ta ville que tu retrouves auprès de celui qui a accompagné toutes tes journées près de dix ans auparavant. Tu as l’impression de redécouvrir Long Beach, tu es partie depuis tellement longtemps.




--- to forget your love
Baby it hit so hard, I'm holding on to my chest, Maybe you left your mark, reminding me to forget, It doesn't matter where you are, you can keep my regret, 'Cause baby I got these scars, reminding me to forget.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 22/07/2018
MAILS : 95
Points : 275

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://555calilife.forumactif.com

Re: our last memories. (penny)

le Jeu 9 Aoû - 2:39
Ta voiture démarre, tu n'es pas encore sûr de où tu vas l'emmener mais l'idée prend forme au fur et à mesure que t'avances dans les rues de Long Beach, tu connais cette ville comme ta poche, tu penses d'ors et déjà à un bar où tu vas régulièrement, avec une terrasse sympa et où vous pourrez être tranquilles pour discuter. Tu ne veux pas d'un de ces endroits trop fréquentés.
Penny se met à rire à ta blague et ça te rassure un peu de voir qu'elle n'a pas perdu son second degré et que tu peux encore la taquiner après tout ce temps. C'était une blague facile mais t'es pas prêt de la jouer très subtil, t'es pas trop d'humeur à trop réfléchir, tu te laisses porter.
- Je savais que tu étais doué avec tes mains, dit-elle, taquine elle aussi.
Tu hausses les sourcils, t'as envie d'exploser de rire tellement tu trouves ça remarque improbable.Tu te retiens pas trop, ça te fait du bien de rire de bon coeur.
- J'ignorais que ma réputation avait dépassé les frontières, tu fais, non sans un air un peu fier.
Elle te raconte finalement qu'elle ne peut plus surfer en tant que professionnelle et ça t'intrigue un peu. La première question qui te vient, tu la lui poses sans réfléchir tellement ça te parait logique :
- Tu t'es blessée ?
Penny continue de blaguer sur son âge, sur sa retraite prématurée, mais à 27 ans, tu sais qu'elle a encore toute la vie devant elle et des opportunités se présenteront sans aucun doute à elle à Long Beach. Elle pourra toujours bosser dans le domaine du sport, et même sans aucun doute du surf.
- He oui c’est bientôt la maison de retraite qui m’attend, tu viendras jouer au bridge avec moi les samedis hein ?
- Tu parles, moi et mes doigts de fée on a encore trop de trucs à faire pour passer des aprèms au bridge, tu réponds du tac-o-tac, pas très emballé par l'idée de passer les prochaines - au moins - trente années de ta vie à jouer aux cartes.
Tu finis par garer la voiture, t'as décidé que vous n'iriez pas trop loin. T'essayes de garer la voiture comme un prince, pas question de passer pour un tocard qui ne sait pas faire un créneau, et tu gères pas trop mal la situation pour cette fois, t'as de la chance. T'éteins le contact puis tu sors de la voiture, il fait une chaleur peu raisonnable et t'as hâte de trouver une salle climatisée finalement mieux qu'une terrasse.
- Où est-ce que tu vis ? Tu me dis si je pose trop de questions, mais... ça me fait vraiment plaisir de te voir... D'autant plus aujourd'hui.




There may be times when we are powerless to prevent injustice, but there must never be a time when we fail to protest.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 25/07/2018
MAILS : 35
Points : 202

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: our last memories. (penny)

le Jeu 9 Aoû - 16:13
« J'ignorais que ma réputation avait dépassé les frontières. » tu ris de plus bel, ça te fait du bien. T’as l’impression que tu ne l’as pas fait depuis des années. Tu sens bien, mieux du moins. L’appréhension du départ, se dissipe peu à peu, au fur et à mesure que vous parlez, comme si vous ne vous étiez jamais quitté. Tu lui parles du fait que tu ne peux plus surfer en tant que pro, tu évites le principal. « Tu t'es blessée ? » tu reportes ton regard sur la route, tentant de garder ton sourire, aussi faux soit-il. « Oui, tu sais c’est pas sans risque ce sport. » tu hausses les épaules pour montrer ton détachement et cacher ta vraie émotion. Tu relances le sujet en le déviant sur une blague sur la maison de retraite, il te répond qu’il est trop occupé pour venir jouer avec toi et tu fais une mine boudeuse en rigolant. « J’ignorais que monsieur était devenu premier ministre. » tu feins une indifférence en tournant la tête. Toujours dans la moquerie bonne enfant, comme ça a toujours le cas entre vous, malgré les années de séparation. Tu ne cesses de regarder le paysage, la ville a pas mal changée en dix ans, malgré tes retours furtifs tu n’as jamais eu le temps de te rendre compte de ce changement, tu prends le temps de parcourir la ville de ton regard nostalgique. Rafa finit par garer sa voiture et descend de la voiture, tu l’imites et le rejoins le laissant te guider à la destination choisie. Tu regrettes d’autant plus ta robe noire avec la chaleur étouffante. « Où est-ce que tu vis ? Tu me dis si je pose trop de questions, mais... ça me fait vraiment plaisir de te voir... D'autant plus aujourd'hui. » tu replaces ta mèche derrière ton oreille. « Je vis avec timmy pour le moment. » tu souris faiblement. « C’est vrai que je ne te connaissais pas aussi bavard. » tu ricanes en répondant toujours avec ironie, tu tentes de repousser au maximum le moment de vérité. « Mais ne t’inquiète pas, j’ai dix mille questions aussi tu sais, ne crois pas que tu vas y échapper » tu lui assignes un clin complice avant de reprendre avec une voix un peu plus douce et sérieuse. « Je suis contente d’être là aussi, tu m’as énormément manqué Rafa. » tu lui souris sincèrement cette fois.




--- to forget your love
Baby it hit so hard, I'm holding on to my chest, Maybe you left your mark, reminding me to forget, It doesn't matter where you are, you can keep my regret, 'Cause baby I got these scars, reminding me to forget.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 22/07/2018
MAILS : 95
Points : 275

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://555calilife.forumactif.com

Re: our last memories. (penny)

le Jeu 9 Aoû - 18:13
- Oui, tu sais c’est pas sans risque ce sport, t'avoue-t-elle.
T'acquiesces, conscient que effectivement, il est possible de se faire très mal en surfant. Tu t'es déjà pris de belles gamelles qui t'ont calmé quelques jours. Tu t'attends un peu à ce qu'elle te raconte l'histoire de sa blessure, qu'elle te mette en situation, te raconte ce récit d'aventure palpitant, elle contre l'océan, bravant les vagues et làààà... la chute ! Fatale. Désespérée. Mais rien. Pas de détails.
Quand vous arrivez finalement à destination, t'embrayes sur un autre sujet, t'es curieux de savoir où elle vit à présent. Elle s'étonne de te voir si loquace :
- Je vis avec timmy pour le moment. C’est vrai que je ne te connaissais pas aussi bavard. Mais ne t’inquiète pas, j’ai dix mille questions aussi tu sais, ne crois pas que tu vas y échapper.
Vous marchez jusqu'à l'entrée d'un bar, il affiche le nom de Junipero sur sa devanture, en référence à la plage qui s'étend à quelques minutes de là. L'intérieur est classique des bars Californiens modernes, c'est plutôt clair et lumineux, encore assez calme à cette heure de la journée.
- Je suis contente d’être là aussi, tu m’as énormément manqué Rafa, fait-elle avant que tu ne t'apprêtes à entrer.
Tu lui cèdes un nouveau sourire, faible mais sincère, tu l'invites à entrer et vous vous dirigez vers une table libre. Elle donne près d'une fenêtre qui donne elle même sur la terrasse. Mais avec cette chaleur, la terrasse est totalement désertée malgré les ventilateurs dont elle a été équipée. Tu restes silencieux un moment à fixer la carte, tu la fixes plus que tu ne la lis vraiment, t'as un léger moment d'absence en repensant à cette journée, mais la voix enjouée de la serveuse en mini-short et mini-débardeur te sort de tes pensées lugubres. Tu la regardes et sa tenue allume une légère lueur dans tes yeux.
- Une bière steuplait, tu dis.
Tu retournes ton attention vers Penny, qui commande à son tour. Quand la serveuse est partie, tu soupires longuement.
- Ma mère essaye de reprendre contacte avec moi en ce moment, je crois qu'elle se dit que c'est l'occasion, que je dois être vulnérable et prêt à accepter l'amour maternelle qu'elle veut me donner, une connerie comme ça... ça me gonfle un peu qu'elle se décide maintenant. C'est un peu le pire moment, elle a pas l'air de le comprendre...




There may be times when we are powerless to prevent injustice, but there must never be a time when we fail to protest.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 25/07/2018
MAILS : 35
Points : 202

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: our last memories. (penny)

le Ven 10 Aoû - 22:57
Tu voudrais tout lui dire, tout déballer. Mais tu restes vague, tu mens presque aussi. Ça te fait mal de ne pas être sincère avec lui, mais trop de choses se sont passées et tu ne sais pas tellement où vous en êtes, tu es partie si longtemps. Il est peut-être juste gentil avec toi, mais il a sûrement changé, autant que toi, tu n’en sais rien au fond. Tu restes souriante, amicale, attentive, aujourd’hui est son jour, tu es là pour lui pas l’inverse. Tu le suis jusque dans un bar, tu n’es jamais venu par ici, ou bien tu ne t’en souviens pas, ce qui est probable. Vous vous installez près d’une fenêtre et tu soupires doucement, tu ne pensais pas rester si longtemps, tu commences sérieusement à avoir chaud avec ta veste, mais tu ne peux la retirer. Elle cache tes bleus qui marquent encore tes bras. Tu t’installes sur ta chaise, cherchant une position confortable, grimaçant discrètement alors que tu te cognes le genou conte le pied de la table. Tu relèves les yeux vers Rafa qui semble absorbé par la carte des menus, votre silence est vite brisé par l’arrivée de la serveuse. Tu observes toujours ton ami alors qu’il commande une bière, tu te pinces les lèvres, retenant un sourire en le voyant mater la jeune fille. Un mec reste un mec, après tout, pourquoi lui serait différent des autres. « Une eau gazeuse pour moi s’il vous plait », tu aurais bien besoin de plus fort, mais ce ne serait pas très conseillé avec les cachets que tu prends bien trop souvent pour gérer la douleur. Tu reportes ton attention sur Rafa quand tu l’entends soupirer. « Ma mère essaye de reprendre contacte avec moi en ce moment, je crois qu'elle se dit que c'est l'occasion, que je dois être vulnérable et prêt à accepter l'amour maternelle qu'elle veut me donner, une connerie comme ça... ça me gonfle un peu qu'elle se décide maintenant. C'est un peu le pire moment, elle a pas l'air de le comprendre... » tu le regardes avec douceur. Tu ne le comprends que trop bien en ce moment. Tu hoches lentement la tête. « Je comprends… » la serveuse revient et dépose vos commandes devant vous. Tu la remercies avec un sourire et attends qu’elle reparte pour reprendre. « Mais tu ne penses pas que c’est justement le bon moment ? je veux dire, des parents on a en a que deux, tu risquerais de le regretter si jamais… enfin si elle partait elle aussi avant que tu n’es pu arranger les choses avec elle. » tu avales une gorgée de ta boisson. « Enfin, la vie est trop courte et le monde trop cruel, pour la gâcher. » tu lui souris furtivement, essayant de lui faire comprendre ton point de vue avec douceur. « Mais tu as probablement besoin de temps et ça se comprend parfaitement. »




--- to forget your love
Baby it hit so hard, I'm holding on to my chest, Maybe you left your mark, reminding me to forget, It doesn't matter where you are, you can keep my regret, 'Cause baby I got these scars, reminding me to forget.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 22/07/2018
MAILS : 95
Points : 275

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://555calilife.forumactif.com

Re: our last memories. (penny)

le Ven 10 Aoû - 23:44
Penny commande une eau gazeuse, tu te perds un peu dans tes pensées mais y a ce truc dont t'as envie de parler, et tu finis par lui dire, tout ça, ta mère qui revient, le fait que ça t'étouffe, que t'as pas envie de ça maintenant, sa soi-disante bienveillance. Elle était où ta bienveillance maman quand tu t'es tirée pour refaire ta vie à l'autre bout du pays ?
Penelope t'observe, elle a ce regard amical et compréhensif, tu te demandes si elle n'a pas chaud habillée comme ça, mais peut-être que la clim dans le bar lui suffit ? Quand même, il fait chaud. Elle dit qu'elle comprend et ça te suffit pendant quelques secondes. C'était peut-être la seule chose que tu souhaitais entendre.
La serveuse revient et son mini-short attire de nouveau ton regard, tu relèves les yeux pour la mater remercier, et ton attention se retourne vers Penny, qui reprend la parole alors que tu t'empresses de boire une première longue gorgée de bière pour t'hydrater.
- Mais tu ne penses pas que c’est justement le bon moment ? je veux dire, des parents on a en a que deux, tu risquerais de le regretter si jamais… enfin si elle partait elle aussi avant que tu n’ais pu arranger les choses avec elle... Enfin, la vie est trop courte et le monde trop cruel, pour la gâcher... Mais tu as probablement besoin de temps et ça se comprend parfaitement, fait-elle.
Tu réfléchis un peu à tout ça, t'as besoin de quelques secondes pour que ça process et fasse son chemin dans ton esprit fatigué et ombrageux. Tu pinces les lèvres et ton regard se perd à nouveau, cette fois dans les profondeurs de ta blonde pression. Tu te masses le menton un instant puis relèves tes prunelles vers elle.
- J'sais pas trop Pen', ptete que t'as raison.
Tu soupires à nouveau avant de reprendre :
- Tu vois j'ai l'impression d'être constamment en colère en ce moment. Ya deux semaines j'étais avec lui, on avait pris une journée pour faire du bateau, le soir on a fait un barbecue où on a fait griller les poissons qu'on avait pêché. Tout était normal. On faisait ça souvent, c'était cool. Il était en super forme, enfin tu vois.. Rien qui laissait présager...
Ta voix se brise, tu t'arrêtes un instant pour reprendre de la contenance et pas te démonter, t'as pas envie de te mettre à chialer devant elle, tu veux pas craquer, t'as juste envie de dire comment tu ressens les choses. Tu rebois une gorgée de bière pour te donner du courage.
- Deux jours plus tard, sa voisine qui récupère parfois son courrier m'appelle, et c'était terminé. Finito, bye bye, fermez la boutique. Je me retrouve à devoir gérer des histoires de... crémation, d'héritage, à me demander ce que je fais du bateau, et de la maison, et de ses fringues, et de ses meubles. Tu sais qu'il avait jamais touché à une putain de clope, jamais un verre de trop, jamais un excès de vitesse, franchement ça me tue. Je trouve ça tellement... Dégueulasse.
Tu te masses le front, repasse une main dans tes cheveux avant de t'avachir un peu sur ta chaise.
- Bref... Désolé, c'pas... j'aime pas me plaindre en plus, je déteste ça, mais franchement... Enfin bon, c'est la vie. Tu vois quelqu'un en ce moment ? En dix ans, t'as pu te marier et divorcer trois fois, mais j'espère que tu m'aurais invité, au moins... tu fais avec un léger sourire, finaement, t'arrives à mettre un peu ta peine de côté pour reparler de choses un peu plus gaies, ça te ferait bizarre d'apprendre qu'elle est mariée, mais tu serais content de savoir qu'elle est avec quelqu'un et qu'elle est heureuse.




There may be times when we are powerless to prevent injustice, but there must never be a time when we fail to protest.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 25/07/2018
MAILS : 35
Points : 202

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: our last memories. (penny)

le Sam 11 Aoû - 0:41
J'sais pas trop Pen', ptete que t'as raison. Tu hausses les épaules en gardant ton sourire. Tu les regardes réfléchir à tes paroles, tu vois parfaitement qu’il y songe et tu laisses le silence recouvrir votre espace un instant.Tu vois j'ai l'impression d'être constamment en colère en ce moment. Ya deux semaines j'étais avec lui, on avait pris une journée pour faire du bateau, le soir on a fait un barbecue où on a fait griller les poissons qu'on avait pêché. Tout était normal. On faisait ça souvent, c'était cool. Il était en super forme, enfin tu vois.. Rien qui laissait présager... Tu le fixes avec la même attention. Tu laisses une larme couler sur ta joue, incapable de la retenir. La goutte salée vient se poser ta lèvre et tu l’essuies d’un geste vif. Tu as souffert pendant des années en silence, pourtant le voir comme ça semble te faire plus de mal. Deux jours plus tard, sa voisine qui récupère parfois son courrier m'appelle, et c'était terminé. Finito, bye bye, fermez la boutique. Je me retrouve à devoir gérer des histoires de... crémation, d'héritage, à me demander ce que je fais du bateau, et de la maison, et de ses fringues, et de ses meubles. Tu sais qu'il avait jamais touché à une putain de clope, jamais un verre de trop, jamais un excès de vitesse, franchement ça me tue. Je trouve ça tellement... Dégueulasse. Tu retiens une nouvelle larme, tu ne veux pas craquer maintenant, tu veux être forte pour lui, tu sais qu’il en a besoin. « Je suis désolée Rafa… » tu ne trouves pas d’autres mots, qu’est-ce que tu pourrais dire de toute façon, rien ne pourra soulager sa peine. Bref... Désolé, c'pas... j'aime pas me plaindre en plus, je déteste ça, mais franchement... Enfin bon, c'est la vie. Tu vois quelqu'un en ce moment ? En dix ans, t'as pu te marier et divorcer trois fois, mais j'espère que tu m'aurais invité, au moins... Son changement de sujet te brusque, tu te redresses sur ta chaise, prise au dépourvu. Tu repasses une main dans tes cheveux nerveusement. « S’il y a bien un jour où tu peux te plaindre, c’est bien aujourd’hui Rafa » tu réponds avec une voix calme mais légèrement tremblante. Tu te racles la gorge en souriant. Tu essayes d’éviter le reste de sa question mais tu sais qu’il reviendra dessus sinon. « Et non je vois personne, je n’ai jamais été mariée, tu aurais été le premier invité évidemment. » Tu pouffes en reportant ton regard sur ton verre. « Et toi ? qu’est-ce que tu deviens ? à part reluquer les serveuse ou fabriquer des planches avec des doigts d’or ? » tu lui assignes un clin d’œil complice en portant de nouveau ton eau à tes lèvres. « T’as jamais quitté Long Beach ? »




--- to forget your love
Baby it hit so hard, I'm holding on to my chest, Maybe you left your mark, reminding me to forget, It doesn't matter where you are, you can keep my regret, 'Cause baby I got these scars, reminding me to forget.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 22/07/2018
MAILS : 95
Points : 275

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://555calilife.forumactif.com

Re: our last memories. (penny)

le Sam 11 Aoû - 1:04
Tu vois que tes paroles la touchent, mais t'essayes de pas faiblir et d'aller jusqu'au bout de ta pensée, tu vois une larme qui perle et coule le long de sa joue, qu'elle s'empresse d'effacer d'un geste vif. T'as envie de la toucher, de serrer sa main, ça te ferait du bien, tu le sais, mais tu restes de ton côté de la table et c'est autour de ton verre que tes doigts s'enlacent. Tu surprendrais presque à penser à cette dernière fois où tu l'as vu avant qu'elle ne quitte Long Beach, alors qu'elle reprend de sa contenance pour te répondre, qu'elle se redresse sur sa chaise, tu revois cette gamine de 17 ans, ses cheveux roux et ce sourire qui ne faiblissait jamais.
Elle ne voit personne, elle n'est pas mariée et si elle l'avait été, tu l'aurais su, dit-elle, tu ne sais pas si tu la crois mais tu te dis que c'est plausible, ça t'étonne un peu quand même, tu l'imaginais vivant d'amour et d'eau fraîche avec un surfeur rencontré lors d'une compétition, ou quelque chose comme ça. Tu l'imagines forcément heureuse parce que c'est tout ce que tu lui souhaites, tu n'imagines pas qu'elle aussi ait pu rencontrer des complications dans sa vie.
- Et toi ? qu’est-ce que tu deviens ? à part reluquer les serveuse ou fabriquer des planches avec des doigts d’or ? T’as jamais quitté Long Beach ?
Ca te fait sourire toutes ces questions et tu te redresses à ton tour, t'affiches une mine faussement coupable, presque honteux d'avoir été pris sur le fait entrain de mater cette petite serveuse, mais ça passe rapidement, tu hausses les épaules :
- Non, jamais, j'en ai jamais vu l'intérêt, la vie est incroyable ici, j'ai tout ce qu'il me faut, t'expliques, et c'est vrai. T'y as déjà pensé, à partir, mais t'as jamais trouvé de bonnes raisons de le faire. Long Beach ça a toujours été ton chez toi, t'aimes cette ville, son climat, ses plages et ses ruelles, ses habitants, t'y changerais absolument rien.
- Sinon bah je reluque aussi des vendeuses, des fleuristes, des avocates et des infirmières... tu plaisantes, ça te fait rire mais tu rajoutes rapidement, humour !
Ton regard s'est éclairé à nouveau, tu l'observes d'un oeil complice, un sourire sur les lèvres, pas peu fier des bêtises que tu racontes.
- Sérieusement... On peut pas dire que je vois quelqu'un actuellement, officiellement en tout cas... Je suis végétarien depuis sept ans, je milite toujours pour la protection de l'océan, je bosse beaucoup... J'ai acheté un appartement dans ce nouveau quartier d'Ocean Shore, et j'ai fait pas mal de travaux moi-même à l'intérieur, alors je suis assez content, tu pourras venir voir ça à l'occasion.
Tu t'arrêtes un instant, une question te brûle les lèvres et tu te lances :
- T'es là pour de bon, maintenant ?
C'était peut-être pas comme ça que tu voulais le dire, mais peut-être que c'est ainsi qu'elle devait le comprendre, dans le fond, t'as toujours espéré qu'elle revienne.




There may be times when we are powerless to prevent injustice, but there must never be a time when we fail to protest.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 25/07/2018
MAILS : 35
Points : 202

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: our last memories. (penny)

le Dim 12 Aoû - 0:02
Tu espères que tes paroles ne l’ont pas blessé. Tu aurais pu aller dans son sens, juste le réconforter en acquiesçant simplement, mais t’as toujours étais franche avec lui, tu gardes déjà beaucoup trop de choses pour toi. Tu restes naturelle avec lui, comme avant. Il ne semble pas touché par tes mots et ça te rassure. T’essayes de te souvenir de la dernière fois où vous vous êtes vus. Ça te parait tellement loin, tu scrutes son visage, ses traits n’ont pas réellement changés, ils sont affinés. Il a vieilli, il est clairement plus adulte, mais tu retrouves le jeune garçon que tu as connu, dans ses yeux, ses tics et son sourire. Tu le taquines avec ta question mais la réponse t’intéresse sincèrement, tu en sais très peu à son sujet, mais ça ne fait longtemps que tu es en sa compagnie.   Non, jamais, j'en ai jamais vu l'intérêt, la vie est incroyable ici, j'ai tout ce qu'il me faut. Tu perds un peu ton sourire à sa réponse, réfléchissant à ses mots, les mettant à ton niveau, à ta propre expérience. Tu n’as pas la même vision que lui de la ville qui t’as vue grandir, que tu as pourtant partagé avec lui, mais ça ne t’a pas suffi à toi. Ton sourire revient quand il reprend indiquant qu’il ne reluquait pas uniquement que les serveuses. Tu le regardes à demi amusée. Sérieusement... On peut pas dire que je vois quelqu'un actuellement, officiellement en tout cas... Je suis végétarien depuis sept ans, je milite toujours pour la protection de l'océan, je bosse beaucoup... J'ai acheté un appartement dans ce nouveau quartier d'Ocean Shore, et j'ai fait pas mal de travaux moi-même à l'intérieur, alors je suis assez content, tu pourras venir voir ça à l'occasion. Tu enregistres les informations, sans savoir ce que tu en feras plus tard. Tu remarques que vous partagés toujours autant de points communs. Tu soupires doucement en songeant à tout ce temps manqué. Tu retiens surtout l’invitation chez lui et ça te fais sourire intérieurement, savoir que tu le verras probablement. Tu avais tellement peur qu’il t’en veuille d’être partie, après tout pas mal de monde te le reproche, sauf lui. J’aimerais bien voir ça. Tu réponds avec ironie, mais avec la sincérité dans la voix. T'es là pour de bon, maintenant ? tu le fixes un moment, surprise par sa question. Tu ressens un certain reproche finalement dans ses mots, même si tu ne penses pas qu’il le voulait vraiment. Tu réfléchis quelques secondes à sa demande, repoussant tes cheveux qui te tombe sur le visage. Je crois bien oui. Tu hausses les épaules. T’en sais rien au fond, tu ne sais même pas ce que tu feras demain. T’es pas très sûre de vouloir rester ici, mais pour aller où ? Timmy est venu te sortir de ton enfer, ce n’est pas pour que tu l’abandonnes une fois de plus. Ma famille vit ici, je me vois mal aller ailleurs. Tu as envie d’ajouter et toi aussi. Mais tu ne dis rien, tu ne sais pas trop pourquoi. j’ai trouvé un poste de prof de surf à long beach, ça me permettra de transmettre la seule chose que je sais vraiment faire.




--- to forget your love
Baby it hit so hard, I'm holding on to my chest, Maybe you left your mark, reminding me to forget, It doesn't matter where you are, you can keep my regret, 'Cause baby I got these scars, reminding me to forget.
avatar
STAFF MEMBER
DATE OF ARRIVAL : 22/07/2018
MAILS : 95
Points : 275

CALIFORNIA ESSENTIAL
your personal friend list:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://555calilife.forumactif.com

Re: our last memories. (penny)

le Dim 12 Aoû - 15:16
C'était pas sorti comme tu voulais, pas demandé de la bonne façon, tu voulais savoir si elle comptait rester mais c'était peut-être une de ces paroles manquées qui dit réellement ce que tu penses au fond de toi-même, comme si tu avais attendu son retour. Tu vois qu'elle tique un peu et t'espères que ta question ne va pas passer comme un reproche car tu ne lui en as jamais voulu, ni d'être partie, ni d'avoir tardé à revenir, ni de n'avoir pas été la meilleure pour prendre des nouvelles. Quand elle était partie tu l'avais laissé faire et à cette époque d'ailleurs, t'aurais aimé pouvoir la retenir, mais t'étais convaincu de ton impuissance. A 17 ans, ça n'aurait sans doute rien changé.
- Je crois bien oui… Ma famille vit ici, je me vois mal aller ailleurs, répond-t-elle finalement. Le niveau de ta bière est descendu à moitié, faut dire que ça te fait du bien, plus parce que ça te rafraichit qu'autre chose. Il t'en faudrait quelques unes de plus pour te mettre dans tous tes états.
- j’ai trouvé un poste de prof de surf à long beach, ça me permettra de transmettre la seule chose que je sais vraiment faire.
Tu souris légèrement, tu trouves que c'est une bonne nouvelle qu'elle ait trouvé un travail, donner des cours de surf, c'est bien, et puis ça lui permet de continuer à faire ce qu'elle aime.
- Tu sais j'ai pas mal suivi ta carrière, alors, bon, de loin, parce que tu connais mon dégoût pour la compétition et les plages bondées de monde, mais j'ai quand même suivi un peu où t'en étais. Tu peux être fière de ce que t'as accompli, même si ça c'est peut-être arrêté plus tôt que tu l'aurais aimé.
Tu le penses vraiment, t'as toujours été fière d'elle, de son parcours et de ses médailles, alors tu suivais peut-être une fois tous les six mois où c'en était, mais t'as quand même eu le mérite de t'y intéresser un peu. Ca te faisait plaisir de voir qu'elle était toujours là, quelque part, à dompter les vagues sous les applaudissements.
- T'as du donné envie à pleins de gamines de se mettre au surf. C'est cool je trouve. T'as transmis quelque chose, et tu le feras encore en donnant des cours.




There may be times when we are powerless to prevent injustice, but there must never be a time when we fail to protest.
Contenu sponsorisé

Re: our last memories. (penny)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum