OUVERTURE DU FORUM LE 11/08/18

Partagez
Aller en bas
avatar
DATE OF ARRIVAL : 12/08/2018
MAILS : 6
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur

Dewey Malone

le Dim 12 Aoû - 18:49


dewey malone
LA CITÉ DES MÂLES VEILLE SUR LE QUARTIER DES LUNES ☾I

Prénom(s) :  ça glisse facilement sur les palais, les langues ne fourchent pas, quelques regards qui se perdent, des sourires étouffés, ça se mêle, ça se fond,  dewey, ça vient d'ici, pas de là-bas, c'est presque doux à entendre, ça résonne comme une belle blague qui s'étire sur une vie entière.
Surnom(s) :   c'est ce mec, souvent, lui, le gars du fond, le gars un peu paumé, le livreur du coin parfois. on ne l'appelle que pas son prénom. quelques adjectifs peu flatteurs, pauvre garçon.
Nom : doux foyer autour duquel on se presse, il existe. on ne le voit peut-être pas, mais il est là, perdu entre les corps qui s'animent ça et là, dans les rues, sur les routes, dans les bars. son écho se perd jusqu'aux oreilles du monde avant de se noyer dans un millier d'autres. les sourcils ne s'arquent pas quand, enfin, son patronyme résonne. malone. c'est affreusement banal. comme une vieille mélodie redondante, des notes d'un autre temps
Âge : elles se nichent sous ses deux billes pétillantes, les fourbes, elle s'installent, se creusent, s'agrandissent au même rythme que les bougies qui pullulent. quarante-deux. quarante-deux-cinq flammes qui se meuvent, poussées par les rires, le monde, la vieillesse.  
Date & Lieu de Naissance : il n'a connu, le garçon, que les fragrances âcres d'un bitume transpirant, suintant sous les degrés en constante augmentation, les million d'âmes qui se bousculent, se heurtent et s’enlacent dans les artères qui forme ce noyau mouvant, ce coeur battant qu'est long beach, son enfer à la belle gueule qui, tous les vingt-quatre mars, voit apparaître sur son minois fatigué, une ride de plus.
Origines : il n'a que les états-unis dans la peau.
Nationalité : il n'a jamais réellement pu s'arracher à cette bannière étoilée, première et unique amour. méprisable maîtresse qu'il aime tant détester.
Activité professionnelle :  il fend la brise capricieuse sur son palefroi de ferrailles, ses jambes s'agitent à un rythme effréné, douloureuse course contre la montre qui, à peine achevée, reprend de plus belle. il est le psy des heures tardives, des nuits moroses qu'il tente d'illuminer de ses crocs scintillants, un sourire vaut plus que mille paroles. mais quand la nuit, les coeurs sont trop brisés, il ouvre les portes d'un sanctuaire prêté généreusement, un groupe de parole pour les gens violent, les gens abîmés, mis à terre, piétinés en proie aux petites pilules, à la poudre de fée, à ces délicieuses liqueurs, celle qui apaisent les maux avant qu'ils ne réapparaissent plus féroces encore qu'avant.  livreur deliveroo le jour, bon samaritain au soleil couchant, héro des temps modernes.
Revenus : il lui arrive rde gratter les fonds de tiroirs avec l'espoir d'y trouver quelques pièces luisantes, de beaux billets bien conservés, douces utopies des hommes en galère.
Etat civil : le garçon, il connait cette sensation agréable d'absence d'une haleine fétide aux petites heures, d'une voix cristalline qui agace et dérange de jour comme de nuit, mais dewey, il connait aussi les draps froids, les pièces trop grande, le coeur trop vide.
Préférence(s) sexuelle(s) :  il n'a jamais réellement laissé ses doigts courir les courbes saillantes d'un corps masculin ses lèvres se perdant bien plus souvent sur celles des femmes.
Croyance : il croit en l'injustice, au karma, à toutes ces choses que l'on accuse quand la route se coupe soudainement pour ne laisser qu'un chemin boueux où le monde s'enfonce jusqu'à crever, les poumons dans la merde.  
Régime alimentaire : il
est gourmand, le garçon, il n'écoute que son estomac, ses grondements sourds, ses ronronnements de satisfaction, il se met sous la dent tous les poisons du monde, de ceux qui son infiniment bon mais terriblement destructeurs.  

comme la houle impétueuse, il se laisser ballotter entre les vices et le droit chemin  il subit, simplement, avec l'ultime conviction que l'étoile sous laquelle il a pu voir le jour s'est consumée plus rapidement que celle du voisin, manque de chance. il n'est pas plus défaitiste qu'un autre, les pieds sur terre, il espère sans trop faire de bruit, pour ne pas que le destin, donneur de leçon, ne vienne l'écraser. il n'est ni noir, ni blanc, mais d'un gris au mille et une nuances, parfois, il lui arrive de pencher plus d'un côté de la balance, mais jamais trop longtemps, de peur de basculer définitivement. il hurle, peste, laisse son venin se répandre sur le monde, mais il sourit aussi, et s'habille de cette bienveillance qu'il porte si bien. il s'exprime. par la parole d'abord, mais aussi par les poings. il ne prévient pas, il fond sur sa proie, s'abat comme la foudre qui traverse le bois solide d'un chêne que l'on pensait pourtant inébranlable. médiateur aux phalanges brisées, il prêche la retenue quand lui-même ne peut parlementer. dewey est un paradoxe mouvant dont les secrets restent si bien gardés que lui-même ne se comprend pas.

☄️ le mec qui gratte les murs et les heures de colle, louis, il est pas méchant, un peu branleur, un peu fainéant, il a son diplôme de fin de lycée en poche, rien de plus, rien de moins, obtenu avec mention glandage.  ☄️ il s'est tourné les pouces entre les râles de sa génitrice et l'absence de son paternel. au milieu. la p'tite soeur un peu prodige. il est pas resté longtemps, le gamin, vingt-et-un ans, il s'est taillé sans rien dire, sans prévenir, il s'est laissé embrasser par les rues. celles de long beach. un aller simple. ☄️ il a erré, ici et là, sans s'attacher, sans s'accrocher. de carton en squatte. d'appartement en carton. il créchait chez quelques amis, à l'occasion, souvent pendant les fêtes, souvent comme trouble fête.  ☄️ il râle beaucoup, le garçon, mais il est là. il prend sa caisse et taille la ville d'un bout à l'autre pour récupérer un ami un peu soûl, il recueille les oiseaux égarés par hasard au pied de son doux sanctuaire, il leur offre une épaule pour y verser quelques larmes, des bras pour s'y réfugier, des mots pour apaiser.  ☄️ mais il ment, dewey, il ment au rythme de l'oxygène qui pénètre ses poumons pour venir nourrir son corps entier. il prêche la bonne parole, épaule le monde noyé dans la drogue alors que lui-même tente de s'en sortir, en silence, caché de tous, il se dit sobre depuis dix ans quand en réalité des dizaines de petites pilules dorment dans ses placards, vile imposteur. ☄️mille et un motifs, couleurs dégueulis, dewey, il tue le style, poignarde karl lagerfeld et dessine un magnifique doigt d'honneur aux plus grands couturiers. enfermé dans son appartement, il n'est pour le monde qu'un corps errant vêtu de pyjamas tous plus ignobles les uns que les autres. claquettes chaussettes, un plaid sur les épaules, parfois en boxer, souvent à poil. ☄️ il vit pas seul. elle est là, de jour comme de nuit, elle s'immisce sous ses draps, se colle doucement contre sa peau et lui arrache de nombreux rictus. il l'aime le garçon. il l'aime d'un amour infini. elle ne parle pas. elle miaule. elle ronronne quand la paume de sa main chatouille son pelage. madonna, c'est l'âme de son appartement, de ce monde. quatre pattes. un nid affectueux qui errer entre ces murs, un tigre miniature. ☄️ dewey, il se donne du mal. vraiment. il essaye une fois, dix fois, cent fois. il danse devant les fourneaux, flirte avec les flammes, évite l'incendie de peu et raccroche le tablier, mais ses plats, parfois périlleux, sont souvent de vrais orgasmes gustatifs ☄️il se planque aussi sous sa couette quand le temps s'y prête, avale un bol de céréales au p'tit matin, privilégie les disney bien plus que les indie.  ☄️ des notes de musique qui se perdent, les murs qui tremblent au rythme des corps qui se meuvent sur la piste, suent, se collent et s'embrassent. dewey, il aime pas les boîte de nuit, les soirées un peu étranges, un peu bizarres, non, il préfère mille fois une petite terrasse où les pigeons se mêlent aux familles, quelques verres par-ci, trois quatre cigarettes par là et les voix qui résonnent en une mélodie bien agréable. ☄️

avatar
DATE OF ARRIVAL : 12/08/2018
MAILS : 6
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Dewey Malone

le Dim 12 Aoû - 18:50
liens xxx
petite légende peut-être ?

lien avec pseudo
Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop. Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop. Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop.

lien avec pseudo
Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop. Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop. Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop.

lien avec pseudo
Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop. Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop. Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop.

lien avec pseudo
Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop. Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop. Petite description de votre lien juste ici, oui oui, c'est par là, hop hop.


avatar
DATE OF ARRIVAL : 12/08/2018
MAILS : 6
Points : 181
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Dewey Malone

le Dim 12 Aoû - 18:50

répertoires des rps
en cours   terminé

Contenu sponsorisé

Re: Dewey Malone

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum